Vidéo : Angela Davis, le procès d'une icône

icu.next-video

Contenu proposé par

INA
France Télévisions
TV5MONDE
Histoire05:21Publié le 06/09/2021

Angela Davis, le procès d'une icône

La grande explication

Le 4 juin 1972, au tribunal de San José, en Californie, le procès d’Angela Davis touche à sa fin. La jeune activiste afro-américaine attend, fébrile, le verdict des douze jurés blancs. Elle risque la peine capitale. À l’extérieur, comme dans le monde entier, des milliers de personnes sont rassemblées pour soutenir cette icône de la lutte contre le racisme

Une enfance dans l’Amérique du Ku Klux Klan 

Née en 1944, Angela Davis grandit à Birmingham, en Alabama, dans un quartier réservé aux noirs. Surnommé « Dynamite Hill », le Ku Klux Klan y fait régner la terreur à coups d’explosifs. Dans les années 60, profondément marquée par cette violence, la jeune Angela Davis s’engage dans le mouvement des droits civiques qui réclame la fin de la ségrégation raciale

Engagée dans le mouvement des droits civiques

Largement porté par le pasteur non-violent Martin Luther King, le mouvement prend de l’ampleur. Les marches pacifiques et les opérations de désobéissance civile se multiplient dans le pays. En 1964, le Civil Rights Act met fin à toutes formes de discriminations reposant sur la race, la couleur, la religion, le sexe, ou l’origine nationale. Mais le racisme demeure. Les violences policières redoublent d’intensité et des émeutes éclatent. 

Black Panther et communiste

En 1968, devenue enseignante en philosophie, Angela Davis se radicalise et s’engage au sein des Black Panther, un groupe armé qui revendique le « Black Power ». Au même moment, Angela Davis qui rêve d’une révolution populaire, adhère au Parti communiste américain. Inlassablement, elle milite pour la fin du racisme. Mais en août 1970, la vie d’Angela Davis bascule : la jeune militante devient l’une des dix personnes les plus recherchées par le FBI. Un avis de recherche la décrivant comme « armée et dangereuse » est placardé dans tout le pays. 

Une prise d’otages sanglante 

Le 7 Août 1970, un activiste afro-américain organise une prise d’otages dans un tribunal californien : il réclame la libération de trois militants des Black Panther détenus dans la prison de Soledad. L’opération tourne au drame : quatre personnes sont abattues et trois autres grièvement blessées. Parmi les victimes, un juge fédéral. 

Ennemie publique n°1, recherchée par le FBI

Angela Davis est immédiatement suspectée de complicité : la jeune femme milite depuis des mois pour leur libération et l’une des armes qui a servi à la prise d’otage lui appartient… Dans une Amérique raciste, sexiste et anti-communiste, Angela Davis devient l’ennemie publique numéro un. Alors, craignant pour sa vie, elle prend la fuite et parvient à déjouer la traque acharnée du FBI. Mais après deux mois de cavale, elle est capturée à New York.  Le 5 janvier 1971, alors qu’elle ne cesse de clamer son innocence, Angela Davis est inculpée pour meurtre, kidnapping et conspiration.

Free Angela !  

Un extraordinaire mouvement de solidarité se développe. Dans le monde entier, des millions de voix s’élèvent pour réclamer sa libération. Partout, un seul mot d’ordre : « Free Angela ! ». Devenue un symbole de lutte contre toutes les oppressions, le visage d’Angela Davis s’affiche dans les rues et sa coupe afro est brandie en étendard.  Sous la pression internationale, après seize mois d'emprisonnement, les autorités doivent se résoudre à la faire libérer sous caution.

Acquittée, et toujours le poing levé !

Le 28 février 1972, c’est en femme libre qu’elle se présente au tribunal, le poing levé. Quatre mois plus tard, au terme d’un procès ultra-médiatisé, Angela Davis plaide non coupable. Le monde entier retient son souffle dans l’attente du verdict. La jeune femme est acquittée.

Icône rebelle, Angela Davis consacrera sa vie à s’ériger contre toute forme d’injustice et à militer inlassablement contre les discriminations raciales, sexistes et sociales.  

 

► Découvrez tous les épisodes de La Grande Explication

Réalisateur : Flore-Anne d'Arcimoles

Nom de l'auteur : Flore-Anne d'Arcimoles, Olivier Carpentier

Producteur : INA avec la participation de France Télévisions et TV5Monde

Année de copyright : 2021

Année de production : 2021

Publié le 06/09/21

Modifié le 06/09/21

Ce contenu est proposé par