Vidéo : Antisémitisme, un choix politique pour Mussolini ?

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Histoire04:38Publié le 23/10/2022

Antisémitisme, un choix politique pour Mussolini ?

Mussolini, le premier fasciste

A la fin des années 1930, Mussolini lance une nouvelle politique antisémite, avec des réformes visant à mettre les Juifs au ban de la société. Un revirement qui surprend au sein même de son mouvement, qui comporte notamment de nombreux militants juifs ayant participé à la révolution. Le Duce n’agit pas sous la pression d’Adolf Hitler, mais fait ce choix pour consolider sa société totalitaire.

Le judaïsme, nouvel ennemi de Mussolini

Le 18 septembre 1938, Benito Mussolini prend la parole devant une foule réunie à Trieste. Le Duce lance alors son peuple dans une nouvelle bataille, cette fois contre un ennemi de l’intérieur. Il déclare ainsi que « le judaïsme mondial est un ennemi irréconciliable du fascisme » et annonce une politique de séparation. L’Italie, qui n’avait jamais vraiment été antisémite, restreint les libertés des personnes de confession juive en seulement quelques jours. Ils sont expulsés de l’administration, des banques, de la justice ou encore de l’enseignement, et ne peuvent plus bénéficier d’aides sociales. Les mariages mixtes sont également interdits, pour préserver la race italienne désormais considérée comme une race aryenne, et les enfants sont chassés de l’école.

Enfin, 10 000 Juifs sont rayés des listes du parti fasciste, bien qu’une partie d’entre eux aient participé à la marche sur Rome, et donc, à la prise du pouvoir de Mussolini. Ces mesures étonnent une partie des Italiens, y compris au sein des militants fascistes, mais la majorité de ces derniers les approuvent. Elles sont ratifiées par le roi, et mises en application.

Les raisons de la politique antisémite

L'antisémitisme de la politique du Duce s’explique par la nécessité de maintenir son pays et sa population sous tension. Il veut remobiliser ses militants contre une autre menace, comme il avait pu le faire contre les communistes, les grévistes, ou les Ethiopiens. C’est le principe de la révolution permanente, qui est pour lui le seul moyen de transformer la société italienne.

Réalisateur : Serge de Sampigny

Producteur : Histodoc

Année de copyright : 2021

Publié le 23/10/22

Modifié le 24/10/22

Ce contenu est proposé par