Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

bouton de recherche

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description
Histoire05:07

L’édit de Nantes et sa révocation

Histoire de réviser

Décision emblématique de la monarchie absolue de Louis XIV, l'édit de Fontainebleau de 1685 revient sur la tolérance religieuse établie en 1598 par l'édit de Nantes d'Henri IV pour mettre fin aux guerres de religions. Retour avec Manon Bril sur l'édit de Nantes puis sa révocation, deux textes en apparence contradictoires mais qui nous en disent beaucoup sur la conception de la monarchie sous les Bourbons.

Qu’est-ce que l’édit de Nantes ?

En 1598, le roi Henri IVmet officiellement fin aux guerres de Religion commencées trente-six ans plus tôt. Ces guerres civiles opposèrent les catholiques aux protestants qu’on appelait aussi les huguenots. Pour assurer une paix durable dans le pays, Henri IV, protestant converti au catholicisme, proclame un édit, c’est-à-dire une loi royale, qui établit l’existence de deux religions dans le royaume. Très majoritaires et dirigés par le duc de Guise, les catholiques sont satisfaits car leur religion est consacrée « religion officielle du royaume ». Soulagement aussi pour les protestants, menés par Sully. L'édit de Nantes leur accorde de nombreuses garanties pour continuer à pratiquer leur religion.

Fin de la coexistence de deux religions sous Louis XIV

Ce climat de trêve entre catholiques et protestants dure jusqu’en 1685. Louis XIV, petit-fils d’Henri IV, est monté sur le trône et instaure son idée de monarchie absolue. Il est sous l’influence d’une société de cour ultra-catholique, à l’image de sa favorite Mme de Maintenon qui lui souffle l’idée d’une France à l’image de son souverain : donc catholique. « Une foi, une loi, un roi » est la devise du Roi-Soleil. Il décide donc de proclamer un nouvel édit, celui de Fontainebleau. Cette nouvelle loi royale annule l’édit de Nantes, interdit le culte protestant, ordonne la destruction des temples, la fermeture des écoles réformées, l’exil des pasteurs et le baptême catholique de tous les enfants du royaume. Les protestants n’ont plus le choix : ils doivent se convertir en urgence ou fuir discrètement à l’étranger, sous peine d’être condamnés aux galères, voire à la mort.

L’édit de Fontainebleau, l’exact opposé de l’édit de Nantes ?

Avec un regard actuel, on aurait tendance à penser qu’Henri IV a mis en place une loi allant vers la tolérance, l’ouverture d’esprit, la laïcité presque, alors que Louis XIV au contraire a rechuté dans l’obscurantisme le plus désolant. Mais en analysant leurs royales intentions de plus près, on s’aperçoit qu’Henri IV comme Louis XIV ont, au travers de ces deux décrets, eu la même volonté : affirmer l’autorité absolue et incontestable du pouvoir royal.

Réalisateur : Alexandre Philippe

Nom de l'auteur : Benjamin Valière, Manon Bril, Séverine Bévérini, Bastien Bévérini

Producteur : France Télévisions, Goldenia Studios

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Année de diffusion : 2020

Publié le 13/03/20

Modifié le 22/04/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par