Comment est élu le président de la République ?

La 5e République, comment ça marche ?
Publié le 19/12/18Modifié le 06/11/19

Sur le même sujet

“En 1961, alors que l’Algérie est sur la voie de l’indépendance, des partisans de l’Algérie française créent l’OAS, l’Organisation de l’armée secrète. En Algérie d’abord, mais aussi en métropole, les attentats se multiplient. Le bilan, dramatique, est généralement estimé à environ 2000 morts en moins de deux ans.

Le 29 août 1962, au Petit-Clamart, c’est le général de Gaulle lui-même qu’on tente d’assassiner. L’émotion est considérable.” 

Jean-Louis Debré, président du Conseil constitutionnel (2007-2016)

“L’attentat du Petit-Clamart est l’occasion d’une prise en conscience.” 

Edouard Balladur, Premier ministre (1993-1995)

“On se dit il pourrait ne plus être là et aussitôt tout le monde s’affole.” 

Jean-Louis Debré, président du Conseil constitutionnel (2007-2016)

“On va recommencer, on va avoir à nouveau la proportionnelle, on va avoir à nouveau des gouvernements de coalition, on va à nouveau confisquer le pouvoir dans les partis politiques.” 

Commentaire

“De Gaulle saisit l’occasion pour proposer l’élection du président au suffrage universel. Mais, craignant un pouvoir personnel et autoritaire, une majorité de députés s’y oppose et renverse le gouvernement en votant une motion de censure. Le général de Gaulle résout la crise en déclenchant l’article 12 de la Constitution : il dissout l’Assemblée. Et il remportera coup sur coup le référendum sur l’élection du président au suffrage universel et les élections législatives. La Ve République est définitivement installée.” 

Valéry Giscard d’Estaing, président de la République (1974-1981)

“Je suis allé le voir à l’Elysée pour faire part, un peu, de mes réserves. Alors de Gaulle me dit “La France a besoin d’un Chef de l’Etat important, capable. Si on le fait désigner par la base, les élus de base, ce sera un médiocre. Quelqu’un qui va être élu par le suffrage populaire, il est obligé de se donner une image pour la France.” 

Nicolas Sarkozy, président de la République (2007-2012)

“C’est vraiment le tournant essentiel. C’est la modernité extraordinaire du général De Gaulle, c’est une idée très moderne. Jusqu’à présent le président était élu par un club de notables, quelques milliers. Et tout d’un coup il dit : “Non, c’est tous les Français qui vont voter”.”

Archive

Général De Gaulle

“Le projet que je vous soumet propose que le président de la République, votre président, soit élu dorénavant par vous-même.” 

François Hollande, président de la République (2012-2017)

“Il était très important pour le général de Gaulle, dans une période très tumultueuse de donner au président de la République la légitimité nécessaire d’où la décision de faire élire le Chef de l’Etat par les français.” 

Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances (2017 à aujourd’hui)

“Il y a sans doute la volonté de perpétuer le pouvoir, la volonté de donner une légitimité à ses successeurs. Il y a surtout, je pense, la conception qu’avait de Gaulle de l’autorité de l’Etat et de l’incarnation du pouvoir politique.” 

François Hollande, président de la République (2012-2017)

“Cela a changé la nature même de nos institutions et donné au président de la République une capacité d’agir bien supérieure à celle qu’il aurait pu revendiquer sans avoir cette onction du suffrage.”

 Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel français (2017 à aujourd’hui) et Premier ministre (1984-1986)

“Le Président français est, parmi toutes les démocraties, probablement le Président qui a le plus de pouvoirs. Ce qui présente un certain nombre d’avantages, en politique extérieure, comme rapidité et efficacité potentielle mais aussi qui limite un certain nombre d’expressions démocratiques et notamment l’expression du Parlement.” 

Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances (2017 à aujourd’hui)

“Toute autorité politique, exécutive procède du président de la République. Cela je crois que c’est la réalité de n’importe quelle personne qui a occupé des fonctions gouvernementales ou parlementaires dans l’exécutif ou dans le législatif. Le pouvoir politique, en France, procède du président de la République. En ce sens, c’est un régime présidentiel.”

Jean-Louis Debré, président du Conseil constitutionnel (2007-2016)

“Le président de la République est un monarque républicain. La différence entre la République et la Monarchie, c’est que ce statut de Monarque est conféré par le peuple et non pas par une tradition familiale.”

Robert Badinter, Garde des Sceaux, ministre de la Justice (1981-1986) et président du Conseil constitutionnel français (1986-1995)

“Je suis convaincu, mais absolument que vous ne pourrez pas obtenir des Français qu’ils renoncent à cette prérogative. Vous ne pourrez pas obtenir le retour à un système aussi parlementaire que celui de la IVe. Parce que, là au moins, les Français votent. Ils ont le sentiment, un instant mais essentiel, pour la nomination du responsable véritable politique, le premier, celui dont tout découle, que eux interviennent.”

Réalisateur : Patrice DUHAMEL

Nom de l'auteur : Patrice DUHAMEL

Producteur : Yami 2 Productions; France Télévisions

Année de copyright : 2018

Année de production : 2018

Année de diffusion : 2018

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :