Pourquoi la cohabitation est devenue improbable ?

La 5e République, comment ça marche ?
Publié le 03/01/19Modifié le 06/11/19

Sur le même sujet

 “En 1986, François Mitterrand est président de la République, et une majorité de droite remporte les élections législatives. Jacques Chirac est nommé Premier ministre. La Ve République connaît sa première cohabitation.”

Anne Levade, juriste

“On avait très peur de la cohabitation. En 86, on imaginait que tout ça ne tiendrait pas. Que les rapports entre le Président et le Premier Ministre allaient nécessairement être conflictuels et que cela allait voler en éclats.”

François Fillon, Premier ministre (2007-2012)

“A l'époque on pense tous ce que ça ne fonctionnera pas, que c'est une situation contre nature puisqu'on est, je veux dire les gaullistes, partisans d'un président fort, et on se rend compte au moment de la mise en œuvre de la première cohabitation qu'en réalité, dans la Constitution, le pouvoir est entre les mains du Premier ministre. Le président de la République tout d'un coup perd 90 % de sa force, de sa puissance et de ses pouvoirs, ce qui pour les gaullistes était une idée absolument insupportable.”

Roland Dumas, ministre des Affaires étrangères (1988-1993) et président du Conseil constitutionnel (1995-2000)

“Tout le monde avait comme préconisé que ce serait la pagaille. Et non, cela a obligé à bien délimiter le rôle de l’un et de l’autre.”

 Jean-Louis Debré, président du Conseil constitutionnel (2007-2016)

“Ce qui est très important dans la Constitution de la Ve République, c‘est la souplesse des institutions. Et lorsqu’il y a eu cette cohabitation, même si les visages étaient fermés, même si ce n’était pas le bonheur pour certains. Et bien, elle a fonctionné.”

Michel Charasse, conseiller de François Mitterrand en 1992

“Ils se sont très rapidement entendus pour faire fonctionner la France et l’Etat. Comme d’ailleurs dans la deuxième cohabitation avec Balladur, pour qu’il n’apparaisse pas à l’extérieur le moindre différent.”

Hubert Védrine, ministre des Affaires étrangères (1997-2002)

“Une des différences fondamentales entre la cohabitation de 93 et celle de 86, c’est que les règles du jeu ont été fixées. Donc vous avez une cohabitation qui n’est pas toujours aussi facile que cela mais qui est claire et nette”. 

Nicolas Sarkozy, président de la République (2007-2012)

“C’est là que j’ai compris que les institutions étaient fortes. Parce qu’elles continuaient à fonctionner avec un président de gauche et un Premier ministre de droite. Moi je travaillais avec le Premier ministre, je devais rendre des comptes au Président. Cela obligeait chacun d’entre nous à mettre l’intérêt général au dessus et à se civiliser un petit peu. Quand je suis arrivé dans le gouvernement de Monsieur Balladur, j’étais vraiment un adversaire politique du président Mitterrand. Et puis quand je l’ai vu, c’était quand même le président de la République, cela m’a obligé, non pas à mettre de l’eau dans mon vin de mes convictions, je n’ai jamais été socialiste, mais cela nous obligeait à travailler ensemble.“

Ségolène Royal, ministre de l’Environnement (1992-1993)

“Les comportements personnels permettaient aussi à la cohabitation de bien fonctionner. Moi je me souviens de la cohabitation avec Jacques Chirac par exemple. Et Jacques Chirac était d’une courtoisie extraordinaire.”

Commentaire

“Depuis 1958, la Ve République a connu 3 cohabitations.

La première, de 1986 à 1988, entre François Mitterrand et Jacques Chirac.

La deuxième, de 1993 à 1995, entre François Mitterrand et Edouard Balladur.

La troisième, de 1997 à 2002, entre Jacques Chirac et Lionel Jospin.” 

Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel

“La seule cohabitation pleine et entière c’est la cohabitation entre Jacques Chirac et Lionel Jospin. C’était une cohabitation sans concessions mais, je dirais, du point de vue du respect des règles, très correcte.”

 Manuel Valls, Premier ministre (2014-2016)

“Le pouvoir était à Matignon parce qu’il y avait la cohabitation et parce qu’il y avait la forme même de cette cohabitation. C’est-à-dire une dissolution qui amène à l’élection de Lionel Jospin qui est choisi par Jacques Chirac parce qu’il n’a pas d’autre choix. Mais Lionel Jospin l’exerce, ce pouvoir, avec intelligence.”

Jean-Pierre Chevènement, ministre de l’Intérieur (1997-2000)

“Lionel Jospin est le Premier ministre. Et au fond, et bien il est à l’ombre d’un président de la République qui ne lui est pas très favorable mais pour l’essentiel, il fait sa politique”

Manuel Valls, Premier ministre (2014-2016)

“Il ne commettra pas de fautes de goût. Par exemple sur la place du président de la République et du Premier ministre dans les grands rendez-vous internationaux.” 

Edouard Balladur, Premier ministre (1993-1995)

“Ce n’est pas les périodes durant lesquelles la France a été la plus mal gouvernée parce que cela a été des périodes de réformes, quel que soit le jugement que l’on porte sur ces réformes. Les attributions du président de la République ont été respectées. Et la cohabitation terminée, les institutions ont repris leur cours ordinaire.”

Ségolène Royal, ministre de l’Environnement (1992-1993)

“C’est vrai que la cohabitation renforce les institutions… Et puis surtout c’était un exemple extraordinaire pour le reste du monde. Parce que dans beaucoup de pays, c’est impossible la cohabitation. Il y a tout de suite des révolutions de palais, des coups de force au Parlement, une exigence de refaire les élections, des contestations, des dossiers qui sortent etc… Donc c’était quand même le premier pays démocratique qui expérimentait la cohabitation.”

Commentaire

“En 2000, à l’issue d’un référendum, le septennat est remplacé par le quinquennat.

Par ailleurs, le calendrier politique sera modifié. L’élection des députés suivra désormais celle du président. Dès lors, les situations de cohabitation deviennent très improbables.”

Robert Badinter, Président du Conseil constitutionnel (1986-1995)

“Je suis convaincu que c’est pour éviter le renouvellement de la cohabitation qui est un système, quand même, qui limite voire peut paralyser le président de la République que le choix a été fait des cinq ans. Par conséquent il n’y a plus à cet égard, raisonnablement, d’éventualité de cohabitations. Cela restera une curiosité du fonctionnement de la Ve.”

 Alain Juppé, Premier ministre (1995-1997)

« Cette réforme du quinquennat et cette coïncidence entre l'élection présidentielle suivie de l'élection législative me paraissait la garantie qu'on éviterait à l'avenir la cohabitation. C'est pas absolument sûr, il peut arriver un pépin en cours de quinquennat avec une dissolution qui tourne mal, mais enfin quand même c'est beaucoup plus improbable que dans un septennat. »

Réalisateur : Patrice DUHAMEL

Nom de l'auteur : Patrice DUHAMEL

Producteur : Yami 2 Productions; France Télévisions

Année de copyright : 2018

Année de production : 2018

Année de diffusion : 2018

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :