Vidéo : Valéry Giscard d'Estaing, un président réformateur

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions

Valéry Giscard d'Estaing, un président réformateur

Decod'actu

Né le 2 février 1926, à Coblence en Allemagne, Valéry Giscard d’Estaing a 18 ans, lorsqu’il participe à la libération de Paris en 1944. Engagé volontaire à 19 ans, il combat dans l’armée française et reçoit la Croix de guerre 1939-1945. Après la guerre, il poursuit des études brillantes : Polytechnique puis la toute nouvelle École nationale d’administration, l’ENA. 

Sa jeunesse est un atout

Arrière-petit-fils et petit-fils de parlementaires il s’engage en politique au sein de la droite : député du Puy-de-Dôme à 30 ans, secrétaire d’État aux finances sous De Gaulle, il devient à 34 ans, ministre des finances et des affaires économiques.

Sa jeunesse est un atout. Alors que Georges Pompidou décède 2 ans avant la fin de son mandat, VGE, comme on le surnomme, se présente sous l’étiquette centre droit. Grâce à une campagne de communication innovante inspirée par celles des présidents américains, il devient en 1974, à 48 ans, le plus jeune président de la Ve République.

Et il entend bien donner un coup de jeune à l’institution. Pour sa photo officielle, il abandonne la traditionnelle bibliothèque et le collier de grand maître de la Légion d’honneur pour un portrait en extérieur, devant un drapeau en mouvement. Il ébauche même un sourire.

Surtout, il est le premier à utiliser le pouvoir d’influence de la télévision. Il se laisse filmer à la plage ou au ski, ou torse nu durant une partie de football.

Il multiplie les mises en scène de sa proximité avec les Français en allant dîner chez eux, leur jouant même parfois un petit air d’accordéon.

Un président libéral et européen convaincu

Son septennat sera marqué par de grandes avancées sociales :  l’âge légal de la majorité passe de 21 à 18 ans ; il signe, avec la loi Veil, la légalisation de l’avortement ; et simplifie les démarches de divorce.

Mais VGE est aussi le président de la fin des trente glorieuses. Le premier puis le deuxième choc pétrolier entraînent lapparition du chômage de masse en France.

1981, l'élection présidentielle perdue

Le septennat de Valéry Giscard d’Estaing sera aussi marqué par un scandale : l’affaire des diamants de Bokassa. En 1979, Le Canard Enchaîné et Le Monde révèlent que Valery Giscard d’Estaing, alors ministre de l’économie du président Pompidou, a reçu des diamants en cadeau, de la part du président de la république centrafricaine, Jean Bedel Bokassa. Un cadeau d'État sur lequel VGE refuse de s'expliquer. Cette position jugée méprisante l'éloigne d'une partie de son électorat.  Cette affaire, la crise économique mondiale, le vote massif des 18-21 ans et le besoin d’alternance lui font perdre l’élection présidentielle de 1981 au profit du candidat de la gauche, François Mitterrand.

Après cet échec, Valéry Giscard d’Estaing ne se représentera jamais à l’élection présidentielle.

Député à l’Assemblée nationale puis au Parlement européen, il devient membre du Conseil constitutionnel en sa qualité d'ancien chef d’État. 

En 2003, il est élu à l’Académie française. Il se consacre à l’écriture de Mémoires et de romans.

Valéry Giscard d’Estaing est mort des suites du Covid-19 le 2 décembre 2020, à l’âge de 94 ans.

Réalisateur : Maxime Chappet

Nom de l'auteur : Arnaud Aubry

Producteur : France Télévisions

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Année de diffusion : 2020

Publié le 08/12/20

Modifié le 10/12/20

Ce contenu est proposé par