Vidéo : L'aménagement du territoire sous de Gaulle

vidéo suivante

Contenu proposé par

France Télévisions
Histoire06:06

L'aménagement du territoire sous de Gaulle

De Gaulle, bâtisseur

En 1963, avec la fin de la guerre d’Algérie, de Gaulle a enfin les mains libres pour réaliser son dessein : la grandeur de la France ! Comme en 1945, il est persuadé que c’est à l’Etat de mener ce grand chantier. Il réanime le plan et, en chef militaire, lance les opérations.

Corriger les disparités du territoire

Autour de lui, un nouveau Premier ministre, Georges Pompidou, et une armée de hauts fonctionnaires qui, freinés sous la IVe République, voient un moyen d’accélérer la transformation de la France. Un nouveau slogan est sur toutes les lèvres : l’aménagement du territoire.

Pour Olivier Guichard qui prend la tête d’une nouvelle administration, la Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale, (DATAR) : « l’aménagement du territoire, ce sont les routes, les écoles, les emplois et c’est surtout la projection de toutes ces choses sur une carte économique et démographique de la France, qui est toujours en mouvement, dans le sens de l’expansion. »

Dotée de moyens considérables, au-dessus du préfet et des ministres, la DATAR est investie d’une mission hors du commun : inventer le futur. Ces lieutenants quadrillent la France. Sur leur feuille de route, leur chantier prioritaire est : en finir avec Paris et ce que l’on appelle le « désert français ».

Une politique de développement des transports

Il faut absolument chercher à décentraliser dans tous les domaines. La décentralisation commence dans les sous-sols parisiens avec les travaux de construction d’un gigantesque métro appelé RER. C’est la grande obsession des années 1960 : il faut que cela circule en-dessous, comme en surface. La civilisation de la voiture s’annonce et Paris lui fait une place de choix. Bientôt, il y aura le boulevard périphérique, cette autoroute à 4 voies qui en fera le tour, et des échangeurs géants aux portes de la capitale, des mégastructures de béton à l’allure américaine.

Le général, qui veut débarrasser la France de ses féodalités, s’attaque aussi aux halles de Paris. Construites un siècle auparavant par un autre bâtisseur, le préfet Haussmann, elles sont désormais trop petites.

Un ancien compagnon de la Libération, Liber Bou, souffle l’idée à de Gaulle : installer en rase campagne, à Rungis, un gigantesque marché de gros, comme il en existe aux Etats-Unis. Des centaines agriculteurs sont ainsi expropriés sans état d’âme. Liber Bou, qui représenté ce nouvel Etat fort et volontaire voulu par de Gaulle, est bientôt surnommé « Rungis Khan ».

Réalisateur : Camille Juza

Producteur : Point du Jour; Les Films du Balibari

Diffuseur : France 2

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Année de diffusion : 2020

Publié le 12/11/20

Modifié le 12/11/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par